Participants at the Brazilian eventLa dix-huitième édition du Congrès naturiste brésilien a eu lieu dans la ville de Guarapari, dans l’État d’Espírito Santo, au ranch Riacho das Pedras, une belle propriété, très bien entretenue et structurée. C’est le site d’accueil qui a attiré les regards de ceux qui sont arrivés pour participer à l’événement le vendredi 3 mars à 17 heures. Ce jour-là, il s’agissait simplement de s’inscrire, de faire connaissance avec les suites et les colocataires qui allaient les partager avec nous. Le conseil d’administration du FBrN a accueilli chaleureusement chaque congressiste qui s’est présenté. Chaque chambre était équipée de l’air conditionné, d’une salle de bain privée et de quatre lits, trois simples et un double. Les cent cinq personnes qui ont participé au CongreNAT ont été réparties dans les dizaines de suites disponibles, toutes avec vue sur l’intérieur de la propriété et ses nombreuses attractions : des lacs avec d’énormes poissons, des piscines, un sauna, une rivière, des terrains de sport, un bar, un salon et un terrain.
Lors de cette première soirée, nous n’avons eu droit qu’au premier dîner organisé, en self-service, vraiment abondant en termes de quantité et de variété, y compris des options végétariennes. Chaque congressiste

qui est arrivé sur le site a été identifié, a signé la liste de présence, a répondu si son image pouvait ou non être publiée dans la presse et les médias sociaux et a reçu une étiquette de poignet, en plus du kit de participation, qui contenait un petit sac à dos en tissu, une petite tortue fabriquée à la main, un bloc-notes et une gourde d’eau.
La première soirée s’est terminée par des discussions, des embrassades et des baisers.

Le lendemain matin s’est levé gracieusement, avec toute la zone du ranch éclairée par un soleil radieux. La nuit précédente avait été facile à passer car tout le monde avait été bercé par les sons constants du ruisseau qui traversait les rochers et coupait en deux toute l’extension du ranch. Le petit-déjeuner a été la première activité réservée, commençant ponctuellement à 7 heures, comme prévu. L’ouverture officielle a eu lieu à 9h30, avec un court retard. Elle a commencé par la présentation du conseil d’administration actuel et un hommage posthume aux naturistes décédés en 2022 et 2023, en mentionnant chacun de leurs noms. Ensuite, la présence de Pedro Ribeiro, l’un des plus anciens naturistes brésiliens, a été soulignée. Il a également été mentionné la réouverture du projet de loi sur le naturisme brésilien au Sénat par le sénateur Veneziano, de l’État de Paraíba, à la demande de la députée fédérale Laura Carneiro, de Rio de Janeiro, auteure du projet.
Peu après, la première activité ludique a été un cours de yoga donné par l’instructrice Ana Todd. Les élèves ont adoré, mais ont trouvé les exercices plus difficiles que ceux qui sont traditionnellement pratiqués lors d’autres événements naturistes. Après avoir profité de la pisc

ine et s’être promenés le long de plusieurs paysages, il était l’heure du déjeuner, qui a maintenu la tradition d’abondance et de variété.
L’après-midi a été consacrée aux débats sur les motions envoyées par les associés et les entités affiliées. Les motions visent à modifier, ajouter ou éteindre des normes prévues par le statut de la fédération. Toutes les personnes présentes à l’événement peuvent participer aux débats, même si seuls les directeurs des institutions affiliées qui ont rempli leurs obligations statutaires et fédératives peuvent voter pour ou contre chaque motion. Cependant, chaque directeur a une importance plus ou moins grande dans le décompte des votes en fonction du nombre d’associés qui achètent des timbres internationaux auprès de son institution. Le vote inclut également chaque membre du Comité d’éthique et du Grand Conseil, ainsi que le président et le vice-président de la FBrN.
Toutes les motions enregistrées ont été présentées, débattues et votées dans les délais prévus. A l’issue de ce travail, il a été tiré au sort parmi les personnes présentes à l’assemblée un exemplaire du livre “Luz del Fuego”, de Javier Montes, aimablement offert par Pedro Ribeiro, avec une dédicace de l’auteur pour le “naturiste chanceux”. C’est étonnamment Paula Silveira, la présidente du FBrN, qui a emporté le livre chez elle, non sans que le public ne crie de manière ludique ” c’est truqué ! “.
Vers 18 heures, une merveilleuse attraction musicale a commencé, avec une chanteuse qui a réjoui la foule. On peut dire qu’Anfrísio Lima est un véritable showman, chantant et jouant de sa guitare, suivi d’une musique électronique qu’il a lui-même manipulée. Le répertoire a entièrement satisfait tout le monde, transformant le salon en une véritable boîte de nuit. Le concert a été brièvement interrompu pour le dîner et est revenu avec la même énergie. Il s’est terminé sous les protestations des personnes qui dansaient et écoutaient la musique, et qui en voulaient encore. Finalement, la chanteuse naturiste professionnelle Eliane Timm, qui a également participé au congrès avec son mari et son fils, a donné un avant-goût avec deux chansons de son répertoire. Anfrísio a eu sa première expérience naturiste.Il n’a pas été intimidé par l’expérience acquise à cette occasion. Il s’est également déshabillé et a présenté toute sa performance musicale de manière naturiste.
Mais la fête n’était pas finie, car la musique électronique a commencé à jouer au bar lounge, dirigée par un discjockey (est-ce qu’on l’appelle encore comme ça de nos jours ?) engagé par le personnel de l’événement, avec un répertoire dansant et varié, et elle a continué jusque tard dans la nuit.
Le dimanche a été une autre belle journée. Après le petit-déjeuner, les photos officielles de l’événement ont été prises, ainsi que les photos non officielles des groupes présents. À 10 heures, une réunion a commencé afin de voter pour les candidats aux postes électifs de la Fédération brésilienne de naturisme. Le vote s’est déroulé à l’aide de bulletins de vote sur lesquels figuraient les noms de tous les candidats. Il n’y avait qu’une seule plaque électorale pour les postes de président, vice-président et directeur financier. Pour les postes de membres du Comité d’éthique, il y avait six candidats pour les trois postes officiels et trois suppléants.
Au sein de la liste principale, élue à l’unanimité, seul le nom du vice-président a été modifié par rapport au groupe qui dirige actuellement la fédération. Augusto Mena, de PLANAT (Brasília), quitte le poste et laisse la place à José Aragão, d’ANACE (Ceará). La présidente Paula Silveira, de SPNat (São Paulo), et le directeur financier Celso di Genaro, également de SPNat (São Paulo), ont également été élus. Les trois candidats les plus votés deviennent membres officiels du nouveau comité d’éthique : Roselaine Pessoa, de Sonata (Paraíba), Evandro Cruz, d’ANACE (Ceará) et Francisco Lanfredi, de SPNat (São Paulo).
Après les élections, qui se sont déroulées dans le calme et dont les résultats officiels ont été publiés peu après, l’instructrice Ana Todd a réuni un autre groupe d’étudiants pour une réunion du Comité d’éthique. son cours de yoga. Le soleil a invité tout le monde à passer un peu de temps avant le déjeuner dans les deux piscines. C’était le moment d’échanger les coordonnées et de bavarder.
Après le dernier déjeuner, la plupart des participants ont fait leurs adieux à un merveilleux week-end dans un endroit inoubliable et paradisiaque. Tout le monde a dû quitter le ranch, mais ce n’était pas la dernière attraction du XVIIIe CongreNAT. Le jour suivant présentait la très attendue promenade en bateau naturiste vers la mer de Guarapari.
Du dimanche soir au lundi matin, chaque congressiste a trouvé son chemin. Ceux qui sont restés dans les environs ont cherché leurs propres possibilités d’hébergement dans la ville de Guarapari, car à neuf heures et demie commençait la navigation tant désirée.
L’excitation était grande, tout comme l’anxiété. La plupart des participants n’avaient jamais fait l’expérience de naviguer entièrement nus, et beaucoup n’avaient même jamais eu la chance de naviguer.
L’équipage a accueilli les 42 congressistes privilégiés qui pouvaient, un lundi, profiter d’une telle aventure. Ils nous ont expliqué quand utiliser les équipements de sécurité et aussi, avec beaucoup d’humour et d’amabilité, quand nous pourrions enfin nous déshabiller. Le capitaine était un homme de 80 ans, qui se disait expérimenté et capable de continuer à faire ce qu’il a toujours fait au cours de sa vie : diriger un navire.
Néanmoins, il y avait un problème. Après une trentaine de minutes de navigation, le capitaine expérimenté a ressenti un malaise qui lui a fait vivre des moments difficiles avec le reste de l’équipage. Un médecin naturiste présent à bord lui a prodigué les premiers soins. Mais il n’y avait pas d’autre solution que de revenir au point de départ pour que le capitaine puisse être assisté correctement.

Le capitaine principal a été remplacé par un plus jeune à l’embarcadère principal et l’attraction a repris. Mais ce retard a poussé quelques naturistes à abandonner. À cause de ce retard, beaucoup craignaient de rater leur vol de retour.
À partir de ce moment-là, l’attraction a repris sans autre problème. Juste en face de la plage de Morro, près d’un condo de haut standing, les naturistes ont enfin pu se déshabiller et plonger dans les eaux turquoises de la mer de Guarapari. Certains naturistes ont également ressenti le mal de mer à cause des vagues, qui n’étaient pas très fortes. Beaucoup de musique, de photos et de jonglage de certains membres de l’équipage pour obtenir le meilleur angle pour le groupe. Ceux qui n’étaient pas assez courageux pour plonger dans les profondeurs ont pris des douches rafraîchissantes à la proue, avec de l’eau douce ou de l’eau de mer.
Nous sommes restés naturistes à notre retour au quai d’arrivée, même à proximité du lieu de destination. Et c’est ainsi que le XVIIIe CongreNAT s’est achevé. Mais pas pour tout le monde, car beaucoup de ceux qui sont restés ont pu reprendre leur souffle pour continuer avec enthousiasme jusqu’à la plage naturiste de Barra Seca, à 250 kilomètres au nord, dans l’État d’Espírito Santo.