Je me rappelle suivre les instructions pour conduire à
la campagne du Massachussetts, et plus tard en Onta

rio, pour essayer de trouver un club naturiste.

« 3ième rue latérale, 22ième boite aux lettres, grand

triangle », ou des mots similaires. C’était comme si on

voulait trouver un trafiquant de drogue.

À proximité de Denver, les directions étaient vagues à

tel point que ma femme fatiguée et moi-même, nous

abandonnions et nous nous dirigions vers le centre

pour séjourner dans un hôtel.

Quel merveilleux changement pour voyager en Europe

et voir de grands panneaux « Camping Naturiste,

10 km. » Ce n’est pas plus difficile que de trouver un

McDonald’s. Les pays dans les régions non-germano

phones, comme la Hongrie, utilisent aussi le mot « Na

turiste », parce que les gens savent ce que c’est.

Quel incroyable changement de temps et de lieu. Sur

l’Internet j’apprenais qu’à proximité de Vienne une par

tie de l’Île du Danube comprenait une zone désignée

« FKK » pour la baignade en nudité. La « Donau Insel »

est une île artificielle d’une longueur de 21 km, d’une

largeur entre 63 et 180 m, créée en déversant les boues

de dragage du Danube entre 1972 et 1988. Il n’y a pas

de voitures, mais on utilise les bicyclettes, les patins

à roulettes, on pratique la natation et le canoë. Il y a

quelques bars et restaurants et (difficile à croire) une

piscine. L’île accueille environ trois millions de visiteurs

par an et comprend un des festivals de musique les

plus grands en Europe. J’avais un visiteur de chez moi

du Canada et nous voyagions par métro vers l’île et

marchions sans fin dans la chaleur de l’été, en cher

chant la zone naturiste. À la fin nous abandonnions et

nous plongions entre les buissons au bord de la rivière.

Personne ne s’est plaint.

Des années plus tard, une Américaine vivant à Vienne,

me disait que lors de ma visite j’aurais dû me diriger

vers le sud, au lieu vers le nord. Elle et moi-même nous

pédalions du Park Praterstern jusqu‘au pont pour les

piétons et les vélos, nous descendions une rampe en

spirale jusqu‘à l’île et nous pédalions vers le sud jus

qu‘au grand panneau FKK.

Une autre fois j’essayais de parcourir cette distance à

pied, parce que j’étais à Vienne sans mon vélo, mais

cela semblait être si loin que j’abandonnais et je sau

tais derrière les buissons. Encore une fois personne ne

se plaignait. La nouvelle étonnante est que de l’autre

côté du chenal de la rivière, sur ce qu’on pourrait appe

ler la terre ferme, il y a un bus (92B) qui vous emmène

à cinq arrêts différents le long de l’immense zone natu

riste. Chaque arrêt se connecte à la partie naturiste du

Danube. Il y a plusieurs lots de parkings directement

à côté de l’autoroute, à seulement quelques mètres

de la zone naturiste. La plupart ont un restaurant ou

un snack-bar. Sur un des parkings on n’a pas besoin

du tout de s’habiller pour être servi. Pas de directions

encodées, pas de boîtes aux lettres mystérieuses. Le

naturisme est tellement populaire que la zone remplie

de personnes nues s’est étendue vers l’ouest, de façon

qu’en pratique la dimension est double de la dimen

sion délimitée par les panneaux, et en réalité elle est

longue de presque 5 km de chaque côté de du chena
l

ou 10 km au total.

Il y a des différences intéressantes entre les deux
côtés. Là où l’accès est facile, chacun a son lit de camp

pour le bain de soleil, souvent avec une couverture

supplémentaire pour la tête du baigneur, de façon que

les yeux ne sont pas éblouis. La foule est plus âgée et

moins en forme (dépendant de la voiture). Sur le côté

de l’île du Danube, il n’y a pratiquement pas de mo

bilier de jardin, les gens viennent par bicyclettes ou à

pied (un long chemin). Ils sont moins obèses. Aussi,

la zone n’est pas naturiste à 100 %, mais un mélange

d’habillés et de non-habillés, y inclus une section pour

les homosexuels (non marquée, mais assez claire).

Ma conclusion est que cela ressemble à une victoire.

Ceci est à quoi le monde ressemblera lorsque nous

aurons « gagné » l’acceptation pour la vie en natu

riste, comme les droits des homosexuels gagnent en

acceptation maintenant. On n’a pas besoin de passer

une vérification des antécédents. On n’a pas besoin

de démontrer que la personne qui vous accompagne

est la propre épouse. Il n’y a pas de clôtures. Dans les

clubs naturistes plus petits les clôtures sont néces

saires pour éloigner les intrus et les badauds, ce qui

me donne l’impression que je suis dans un zoo ou

une prison à sécurité minimale. Cela ressemble à une

punition pour avoir des idées bizarres qui « choquent »

tant de personnes respectables. Il n’y a pas de gardes

de sécurité et pas de règles affichées. C’est le rêve des

anarchistes que les gens font preuve de bon sens et se

règlent eux-mêmes.

Ceci est un avant-goût

du monde tel qu’il

pourrait être.

Richard Fuchs