Je suis naturiste depuis plus de quarante ans. Comme beaucoup parmi nous, j’avais commencé comme
nudiste, allant aux plages où les gens se sentaient libres et partageaient la nudité lors de la natation et le bain de
soleil. Pour moi c’était un grand pas parce qu’à cause des séquelles de la polio, mon corps est un peu irrégulier et je porte plusieurs cicatrices, que j’appelle mes médailles de guerre.
Je commençais assez tôt à comprendre les bénéfices du nudisme, non seulement pour la liberté, mais aussi
pour le sentiment d’égalité qu’on reçoit quand on est entouré de différents corps nus, avec des formes, des
tailles et de couleurs différentes. Nus, nous sommes tous égaux et ce ne sont que les différences d’individualités naturelles qui nous distinguent.
Je commençais tôt à étudier la philosophie accompagnant le naturisme, commençant aux Indes en 1892 et puis développant dans le Royaume Uni parmi d’autres places au monde entier. Plus j’en apprenais, plus cela me plaisait et plus je  m’impliquais.
Je commençais à pratiquer l’ensemble de l’éthique de la philosophie, en vivant nu tout le temps à la maison, été
ou hiver, printemps ou automne.
bikini prohibited graphicJe commençais à comprendre l’importance et la pertinence en suivant les Lois Naturelles de notre Mère de la Terre. Vivre dans les prémisses de respecter l’environnement et tous les êtres sur la planète dans une perspective d’égalité. Nous tous sommes ici pour un objectif et nous avons tous les mêmes droits à être conservés et défendus.
Cela prenait plusieurs années d’atteindre le point où je suis maintenant. En tant que naturiste, végétarien,
environnementaliste, animaliste et pacifiste qui se battra pour défendre les droits de l’homme, de l’animal et de la planète jusqu‘à la fin de la vie, ainsi que défendre la philosophie la plus durable et la plus égalitaire qui soit et spécialement en répandant ses bienfaits parmi la communauté des personnes handicapées (INF-FNI Focus Décembre 13/62/2021).
Malheureusement, chaque jour de plus en plus, l’éthique de cette philosophie équilibrée et libératrice est cassée avec
l’introduction de concepts confus et le fait de laisser la norme textile envahir nos espaces.
Naturisme n’est pas nudisme. Le premier est une philosophie de vie, le dernier une activité partagée sans vêtements. Tous les naturistes sont des nudistes par défaut, car ils vivent et arrangent leurs activités en nudité, mais un nudiste n’est pas toujours un naturiste, et là, le problème commence quand les concepts sont mélangés lors de la fréquentation de sites naturistes.  En mai dernier, je participais à une réunion fédérale sur un terrain de camping fabuleux bien connu.
Franchement, j’étais horrifié quand, pour la première activité offerte par le centre, seulement moi-même et
4 ou 5 personnes de presque 100 (nombre estimatif mais proche) étaient nues, les autres étaient habillées,
quelques-uns même avec un manteau. C’était en mai et le froid n’était pas si froid du tout, un peu frais mais
pas froid. Je me suis renseigné et plaint parce que je trouvais que l’éthique totale de l’idéologie naturiste avait été corrompue et, le pire était que quand me suis plaint, tout le monde semblait s’arranger avec l’idée d’être habillé, ou avec la règle de devoir porter quelques vêtements pour le restaurant intérieur……
Je pense vraiment que les choses deviennent hors de contrôles dans cette affaire. Si l’on est naturiste et va à un centre naturiste (au moins selon sa dénomination), on s’attend à ce qu’on se mêle à des gens semblables, qui partagent les mêmes principes de vie. Pour être un naturiste il n’est pas obligatoire d’être végétalien, mais il faut vivre selon et en respectant la nature, en maintenant une vie durable en harmonie avec la planète, en premier lieu et le plus important, de vivre nu, surtout sur les sites réservés à ce but. La textilisation du naturisme détruit complètement le concept de l’égalité. Cette liberté d’être parmi des gens sans savoir leur richesse ou situation sociale que montre le textile. J’ai eu plusieurs conversations
avec beaucoup de nudistes (je n’ai pas encore trouvé beaucoup de naturistes purs en Espagne et même pas endéans les différentes fédérations) et je peux comprendre, mais pas partager leurs points de vue. Je suis d’accord que chacun doit être comme il est, mais je voudrais qu’on comprenne que la norme textile détruit l’égalité de la philosophie naturiste, car la différence de la classe sociale et de vie est fait avec la différente marque des vêtements, ce qui commence à marquer la
différence du statut social, de pouvoir d’achat et même de l’origine et du style de vie, alors que le corps nu est
ce qu’il est avec les différences spécifiques de chaque personne individuelle, mais sans la différenciation de
quoi que ce soit de social, matériel ou extérieur. J’ai participé à la philosophie naturiste pendant quarante ans et j’ai vu la détérioration qui a été faite avec la permissivité des textiles et le naturisme vêtu, qui veut montrer le visage, mais en même temps pas les organes génitaux. Les mêmes excuses utilisées pour cacher l’homosexualité ou toute autre diversité de
minorité dans notre société.
On m’a dit que le suffixe « -iste » est exclusif, mais je réponds toujours que si l’on fait partie d’un groupe « -iste », c’est pour une raison spécifique, et ceci est pour maintenir les règles et l’éthique du groupe. Donc, je supplie toutes les fédérations, centres et groupes à considérer ce qu’ils sont vraiment et à prendre des mesures de ne pas permettre le monde textile de prendre le dessus et de ruiner la philosophie la plus durable et la plus égalitaire qui soit.
Il y a de vrais endroits naturistes où les textiles ne sont pas permis, sauf lors de quelques circonstances exceptionnelles. Si vous fréquentez un endroit naturiste, vous devez vivre nu tout le temps et mener une vie normale sans vêtements en permanence. Si vous avez froid, choisissez une autre saison pour y aller ou joignez des groupes naturistes à l’intérieur ailleurs. Il y beaucoup de groupes qui font ça partout au monde.
Plus de textiles permis sur les lieux naturistes, s’il vous plaît. Sauvons notre philosophie de vie des morales sociales  hypocrites.

Nacho Torre Marín Comas
Membre de ADN und ANVA Spain