Photo of Rodin's The Thinker statueLes thèmes abordés sont nombreux, allant de l’alimentation, l’hygiène, la médecine, l’amour de la nature, des plantes et des animaux, la non-violence, à la réforme et la simplification de l’habillement et bien d’autres aspects de la vie quotidienne. Pour ne citer que deux thèmes très actuels :

Les économies d’énergie et le recyclage des déchets.

Ce sont des pratiques élémentaires dans chaque famille naturiste ou dans chaque ferme depuis 1920. Alors que les citoyens typiques qui se sentent irresponsables, et pas seulement à Naples, ne les mettent toujours pas en œuvre aujourd’hui : “les autres”, “l’État” doivent penser à tout. S’en remettre à ses propres forces, à l’autosuffisance, est au contraire, dans la mesure du possible, un principe de base des naturistes.

Mais la réforme de la vie n’est qu’une phase moderne du mouvement plus large et plus ancien du naturisme.

MÉDECINE, HYGIÈNE ET ALIMENTATION, C’EST LE CŒUR DU NATURISME.

L’alimentation naturelle et saine, l’hygiène et la naturopathie sont historiquement les thèmes fondamentaux du naturisme.

Le naturisme est né dans un contexte médico-hygiéniste, sous l’impulsion des hippocrates, comme un mouvement basé sur la recherche de la santé par l’hygiène et le mode de vie, comme nous le dirions aujourd’hui. Le terme a été codifié au dix-huitième siècle après des siècles de théorie : “Le naturisme est la doctrine qui consiste à laisser agir la nature plutôt que d’intervenir de manière artificielle”, écrivait le docteur belge Jean Baptiste Luc Planchon (1734-1781). Le titre de son livre est également significatif : “Le Naturisme, ou la nature considérée dans les maladies et leur traitement conforme à la doctrine et à la pratique d’Hippocrate et ses sectateurs” (1778).

Une autre équation a ainsi été associée, dans la lignée d’Hippocrate :

Naturisme = alimentation saine et naturelle.

Et sous les symboles de l’alimentation naturiste (aujourd’hui, nous disons “naturelle”, mais c’est un terme ambigu qui doit être expliqué : Il doit être compris comme “naturel pour l’homme”), il n’y a pas que les fameuses céréales, il y a aussi le fait de manger de façon simple et avec des aliments non raffinés, de manger beaucoup de fruits et de légumes, de privilégier les crudités (voir la mode du crudivorisme aujourd’hui), de préférer le pain complet au pain blanc raffiné, de préférer le miel ou la mélasse foncée au sucre blanc, de prendre un petit déjeuner avec de la soupe complète le matin, d’utiliser desrégulièrement des légumineuses, mangez peu de viande (ou même excluez-la, pourquoi pas ?). Presque tous les naturistes des origines étaient végétariens).

Tous ces choix sont aujourd’hui très actuels, selon les prescriptions des cardiologues, des oncologues, des nutritionnistes et des diététiciens, qui sont pourtant les symboles traditionnels du naturisme depuis des siècles. Les naturistes sont arrivés bien avant la science moderne.

 

HEUREUSEMENT, IL EXISTE ENCORE UN DICTIONNAIRE COMPLET

Jetons un coup d’œil à l’entrée “naturisme” du beau dictionnaire Gabrielli, l’un des rares qui ne se contente pas de consigner passivement l’usage actuel, mais qui rend compte de manière encyclopédique de l’histoire des mots. Et il en est de même pour nous, il y a deux sens, le premier né au dix-neuvième siècle, qui reprend à juste titre le concept médico-hippocratique du Dr Planchon, le second au vingtième siècle :

“naturisme : doctrine qui confie à la nature l’action curative de l’organisme malade et reconnaît la thérapie médicale comme une simple fonction auxiliaire. Sec.XIX”.

“Naturisme : mouvement visant à amener l’homme à un contact plus intense et plus direct avec la nature, comme compensation hygiénique nécessaire à la civilisation industrielle dans laquelle il est contraint de vivre. § XX”.

De belles définitions, toutes deux vraies, qui se complètent mutuellement. Depuis des siècles, le naturisme est “la” médecine naturelle, la médecine hippocratique, l’hygiéniste et, après la nature, la manière de se soigner par la nourriture (cf. l’aphorisme d’Hippocrate : “Que la nourriture soit ta médecine, la médecine ta nourriture”), par les herbes, par la lumière (les premières associations naturistes s’appelaient les “Lichtbund”, c’est-à-dire les associations de lumière). L’eau, la terre, l’air. Le naturiste Benjamin Franklin, qui souffrait d’insomnie, sortait le soir, vêtu seulement d’une grande chemise de nuit, pour prendre le fameux “bain d’air” des naturistes. Ainsi, écrit-il dans une lettre, il calmait sa nervosité et pouvait dormir.

Voir Dr. Lahmann ci-dessous.

Mais c’était aussi une vision du monde, une manière de comprendre la vie, une philosophie de vie ou plutôt une science de la vie saine en harmonie avec soi-même et avec la nature.

 

CONTENU DU NATURISME

Dans chaque activité de l’homme, cette belle philosophie, ou plutôt science, en fait mieux, “l’art de vivre” s’est révélée saine et naturelle. C’est ainsi que se définit le naturisme dans l’art, le 3e statut de la Ligue naturiste (que j’ai fondée en 1975 au Congrès radical de Bologne, 10 ans avant les Verts), la première et la seule association en Italie à avoir suivi “tous” les thèmes naturistes dans sa hiérarchie de droite :

“Le naturisme, en tant que mouvement humanitaire interdisciplinaire et philosophie de vie, est basé sur l’harmonie avec les lois de la nature ; des règles d’hygiène, d’alimentation et de comportement visant à garantir une vie saine et naturelle ; le respect prioritaire de toutes les formes de vie végétale et animale ; sur la protection la plus radicale de l’environnement naturel”.

 

LE NATURISME CHANGE LA VIE.

La synthèse des différents auteurs naturistes, de la tradition la plus ancienne aux technologies les plus récentes, permet au naturisme moderne d’intervenir dans de nombreux domaines d’activité. Dans la pratique, c’est toute la vie de l’homme qui pourrait être modifiée “selon la nature”, comme le rapporte l’art.

 

TOUS LES THÈMES DU NATURISME

Alimentation saine et naturelle – Hygiène naturelle

Prévention et thérapies naturelles

Agriculture biologique Protection du monde végétal

Protection du monde animal

Protection de l’environnement naturel et urbain

Économie, autosuffisance et anti-consumérisme

Énergies propres et renouvelables, nature et sport

Randonnée Gymnastique, culture physique libre et naturisme

 

Comme vous pouvez le constater, le naturisme arrive en dernière position. Le même regretté Giuseppe Ghirardelli, fondateur de l’association naturiste ANITA et personnalité du réformateur naturiste et idéaliste (je l’ai compté parmi mes “personnages” de la vie), avait l’habitude de me répéter – il est cent pour cent nudiste, enfin comme moi [j’ai écrit en 1980 Guide to the nude, l’essai le plus complet sur le nudisme] – que “le naturisme est en fait la dernière conséquence extrême de la réforme du vêtement naturiste”.

Et il citait constamment comme “livre sacré” l’essai de Lamberto Paoletti “Naturisme, art de vivre” de 1933, dont il voulait m’offrir un exemplaire avec une dédicace.

Mais dans le livre de Paoletti, quelques lignes sont consacrées au nudisme et sont également peu claires. Cela lui a valu les critiques de l’historien du naturisme européen Ernesto Gorischegg, selon lequel Paoletti, “ambigu”, s’est déclaré nudiste en Allemagne, mais s’est distancié en Italie.

Peut-être par peur du régime fasciste ? Paoletti, Gorischegg et Ghirardelli, trois figures de proue du mouvement, ont pourtant confirmé que l’on pouvait être naturiste sans être nudiste, et inversement.

Principe que la Cour de cassation, forte de ses recherches culturelles sur le sujet (visiblement, ces juges ont lu plus que beaucoup de nudistes), a pu placer dans un arrêt célèbre. En fait, cette distinction entre nudisme et naturisme était la norme avant 1945, comme l’a confirmé Gorischegg avec sa clarté habituelle. D’autre part, le débardeur, le maillot de bain, le short et la tunique ample de Franklin pour le bain d’air (sans rien en dessous) étaient considérés comme des “vêtements nudistes”, typiques de la réforme nudiste de l’habillement qui a commencé avec les “vêtements réformés” des années 800 en Amérique.

Les réformateurs ont ensuite eu la mort dans l’âme avec les bustes serrés de femmes et les chapeaux d’hommes coupables de nuire à la santé. Et dans les maisons modernes du début du XXe siècle, ils ont également imposé aux architectes de grandes fenêtres capables de laisser entrer la lumière, qui n’était pas seulement considérée comme un élément psychologique et vital.élément, mais était également considéré comme un élément préventif et thérapeutique. C’étaient toutes des “solutions naturistes”, mais elles n’avaient rien à voir avec le naturisme.

Et aujourd’hui ? Culturellement, nous sommes encore plus à la traîne. Plus personne ne sait ce qu’est le naturisme. En fait, il existe un véritable fossé entre les naturistes (dans la pratique actuelle, ils pourraient être considérés comme les naturistes des écologistes d’autrefois, même s’ils étaient personnellement des hygiénistes) et les nudistes. Le fait est que, paradoxalement, aucun nudiste n’est un naturiste et aucun naturiste n’est un nudiste. Hormis de très rares exceptions, généralement parmi les personnes cultivées. Historiquement, culturellement et scientifiquement, tous les thèmes classiques du naturisme sont pourtant étroitement liés. Et c’est précisément en raison de la circularité du naturisme – même après que les écologistes ont commencé à vivre une vie indépendante – que j’insiste, en tant qu’utopiste, pour que les différents thèmes naturistes énumérés ci-dessus soient toujours considérés comme unis.

LE RETOUR DU CORPS

Aujourd’hui, il semble normal de porter un débardeur pour faire du sport. Mais il s’agit d’une invention “naturiste” assez récente, qui est également typique de la simplification de l’habillement proposée par le naturisme.

Jusqu’en 1800, dans les gymnases, les écoliers et les sportifs s’entraînaient en imitant les exercices militaires et en portant des vêtements complets, voire un costume et une cravate. Même en montagne, il grimpait ou marchait en costume-cravate. Des photos le prouvent.

Auparavant, les médecins avaient longtemps déconseillé la gymnastique. Les Grecs et les Romains savaient déjà que c’était bon. Et il suffit de se rappeler qu’on l’appelle ainsi parce qu’elle se pratiquait nue (gimnòs) dans l’Antiquité. Pour l’hygiène, pour avoir moins d’obstacles, pour être vraiment à égalité entre les concurrents.

Qu’en est-il des salles de bain ? Même les rois ne se lavaient pas. Quand ils sentaient, ils changeaient de chemise et s’aspergeaient de parfums et de talc. “Se laver fait souvent mal”, argumentaient les médecins modernes jusqu’en 1800.

L’Église, responsable de la fermeture des bains romains, a ramené la civilisation du corps européen, un chapitre important de la civilisation tout court. Contrairement aux “racines chrétiennes”. Ils avaient oublié l’amour des anciens pour la simplicité des vêtements, de la corporalité et des bains. Il faudra attendre l’arrivée des naturistes (Rikli, Priessnitz, Kneipp, etc.) pour expliquer à l’homme moderne que, pour progresser, il devait aussi revenir à l’Antiquité sur ce plan : l’eau est bonne, nous prenons des douches et des bains comme les anciens.

MÉDECINS NATURISTES

De nombreux médecins entre la fin des années 1800 et le début des années 1900 étaient naturistes et suivaient les anciennes indications de la médecine naturiste et hippocratique (d’abord prévenir et ensuite aider le corps à se guérir lui-même (aujourd’hui, l’immunothérapie est une science de pointe),

à l’aide de la nourriture, de l’air, de l’eau, de la lumière, des herbes, de la terre, etc.), il suffit de penser à l’Allemand Heinrich Lahmann, fondateur des médecins naturistes, auteur de plusieurs traités, dont un sur le “bain d’air”, qui a inventé le “lait végétal” (probablement du soja, des amandes et de l’avoine) et l’a exporté aux États-Unis, ce qui est encore important pour les végétaliens, au Français Dr. Paul Carton, grand et rigoureux adepte d’Hippocrate, qui voyait dans l’alcool, le sucre et la viande les trois aliments meurtriers (et qui utilisait aussi les termes naturistes, comme on peut même le voir dans les titres de ses livres) ou au nutritionniste américain Gayelord Hauser, conseiller laïque d’actrices célèbres, qui prescrivait beaucoup de fruits et diffusait les premiers et seuls compléments alimentaires naturels sains et efficaces :

Le germe de blé et la levure.

Parmi ces médecins, on trouve le docteur suisse Max Bircher Benner. Comme Hippocrate, le créateur de la médecine rationnelle (cf. la prescription de pain noir en cas de constipation et d’indigestion et la traditionnelle “soupe d’Hippocrate”), il traitait lui aussi les malades avec de la nourriture. Cela n’a pas empêché Bircher d’être condamné par la médecine officielle et la Fédération des médecins suisses.

PRÉCÉDENT .

Nous, les vrais naturistes, les complets, ceux qui, après la circularité du naturisme, tentent de l’appliquer à la plupart des sujets énumérés ci-dessus, dont le dernier (pas le premier ni le seul) est le nudisme, nous avons été les précurseurs des découvertes scientifiques actuelles sur l’alimentation saine, le végétarisme, la mauvaise alimentation, le régime méditerranéen, la guérison par la nourriture,

la prévention continue et l’auto-guérison, la guérison par les herbes et autres éléments naturels, mais aussi l’écologie et les économies d’énergie.

Sauf que l’approche naturiste n’est pas politique et sociale ou coercitive, mais individuelle, exemplaire, libre. Contrairement aux Verts, qui aiment interdire et dire aux autres ce qu’ils doivent faire, mais qui sont ensuite personnellement comme tout le monde, nous, naturistes, nous comportons individuellement de la manière la plus cohérente possible, même si personne ne nous voit. Nous “devons” …. “aimer” être naturiste. C’est notre force (témoignage, éthique, détermination), mais aussi notre faiblesse (impuissance) : Nous ne sommes pas en mesure de faire semblant dans le “théâtre de la politique”.

LE NATURISME, C’EST LA VIE, PAS LA POLITIQUE.

Politiquement, elle avait raison, même si elle avait tort selon la science, la camarade radicale Rosa Filippini qui, vers 1976, après m’avoir écouté lors d’une conférence, a jailli dans le couloir du parti radical de la via Torre Argentina, où se trouvait le quartier général de ma ligue naturiste : “Mais veux-tu comprendre que les oiseaux et la macrobiotique ne sont pas une politique ?” Boucliers. [Il voulait faire référence à mon “non à la chasse” naturiste, puisque c’est avec ma ligue naturiste, à droite de la maison radicale, que j’avais proposé le premier référendum anti-chasse en 1978, et à l’alimentation naturelle complète, typique de nous autres naturistes. La macrobiotique, en revanche, n’est pas toujours saine et naturelle, car elle est riche en aliments salés, frits, trop cuits, en conserve, et voit même d’un mauvais œil les fruits et légumes crus, la pierre angulaire de l’alimentation naturiste ! Note de la rédaction].

Oui et là, j’ai été indigné, et pendant des années, j’ai cité cet épisode avec ironie comme exemple de l’incompréhension des politiques, même radicaux, vis-à-vis de la nature et de la santé humaine. Mais maintenant, en y repensant, je pense qu’il avait paradoxalement raison.

Le naturisme est une science et une culture, et il ne doit rien avoir à voir avec les combines, les demi-mesures, les trocs et les transactions de la politique politicienne, la seule activité humaine dans laquelle un parfait ignorant peut écrire des lois qui s’appliquent à tous, même à ceux qui en savent plus que lui. Je suis convaincu que l’écologie, et plus encore le naturisme qui l’englobe, doit revenir à une science neutre et à une culture largement répandue, basée sur les libertés plus larges du citoyen (voir mon livre d’écologie), même si je ne cache pas que le naturisme comme les us et coutumes concernent les problèmes de la polis, de la société et des lois, et que c’est donc aussi une philosophie “politique” au sens le plus élevé de confrontation entre différentes visions du monde.

Il reste cependant la satisfaction pour nous, naturistes, d’être les seuls à avoir eu raison au moins 80 ans à l’avance d’un point de vue scientifique. Grâce au fait que le naturisme a toujours été non seulement un art, mais aussi une science, et qu’il a donc toujours eu l’intelligence de s’actualiser. Tout comme la médecine, avec laquelle nous avons en commun l’ancêtre Hippocrate.

 

FAUX “ADEPTES DU NATURISME”, EN FAIT SEULEMENT DES NUDISTES.

Le discours des nombreuses associations qui se nomment aujourd’hui “naturistes” dans le monde entier est différent, alors qu’elles ne sont en réalité que des nudistes, et de la pire espèce, qui ne font que passer des vacances et ne sont pas cultivés. En fait, c’est précisément un problème de déficit culturel : aucun des directeurs n’enseigne à ses membres la véritable histoire du naturisme, qu’ils ignorent eux-mêmes. Les directeurs d’associations, s’ils veulent faire carrière et tenter de devenir des représentants internationaux, doivent adhérer bec et ongles à la politique touristique, de camping et commerciale ouverte de la fédération internationale INF-FNI (au sein de l’UNESCO, l’institution culturelle de l’ONU … ), selon laquelle le naturisme serait – a fortiori – dans la pratique celui établi à Agde (1974), c’est-à-dire dans la pratique le bain de soleil avec d’autres sur la plage ou le camping … : “Le naturisme est un mode de vie en harmonie avec la nature qui s’exprime dans la nudité sociale … Le naturisme est un mode de vie en harmonie avec la nature, qui s’exprime par une nudité commune…”

C’est dommage d’avoir une définition aussi réductrice, sous-culturelle et banale des vacances, mais c’est ce que propose le tourisme naturiste aujourd’hui. Pour le plus grand plaisir et dans l’intérêt des propriétaires de campings et d’établissements balnéaires, le naturisme actuel serait, selon les bureaucrates du tourisme de l’INF-FNI, “un mode de vie en harmonie avec la nature, qui s’exprime par une nudité partagée, unie (ajoutent-ils, mais ce sont des banalités demandées à tous) pour se respecter soi-même, respecter les autres et respecter l’environnement”.

Les fondateurs du naturisme, médecins ou non, se retournent dans leur tombe. Le naturiste typique, disent-ils, est celui qui se contente d’être nu, peut-être juste pour prendre un bain de cinq minutes (nudisme), puis qui se rhabille peut-être immédiatement pour courir au bar de la plage et se rassasier de saucisses brûlées, d’un sandwich à la farine raffinée et d’une bière. Tout cela pour une semaine de vacances par an dans des campings organisés délabrés et des plages bondées de parasols, de planches à voile, de yoles à moteur, de bruit, de fumée de cigarette, de pollution.

Ils sont également dérangés par les bars et les restaurants (où le naturisme n’est jamais, je dis bien jamais, et où l’alcool – l’ennemi des vieux naturistes – coule à flots).

La “normalité”, ce sont les pistes de danse, la radio et les haut-parleurs, et tout le monde apporte son maillot de bain à la plage, même si c’est pour un minable habillage et déshabillage permanent (surtout les filles).

 

LES LOBBIES GAGNENT EN RAISON DE L’IGNORANCE DES GENS.

Et même pas les plus actifs. Gianfranco Ribolzi, président de l’UNI, même la généreuse Simona Carletti et son vieil ami Carlo Consiglio, ainsi que les autres organisateurs italiens, n’ont rien pu faire face à cette tendance générale où les clubs italiens sont la dernière roue du carrosse. Mais ils doivent travailler dur pour ne plus maintenir leurs membres dans l’ignorance la plus obtuse des origines et de la signification du mot naturisme. Bien sûr, la définition stupide du naturisme que donne l’INF-FNI est un obstacle qui doit être éliminé. Pourquoi adhérer à l’INF-FNI ?

Le lobby franco-allemand du tourisme et du business naturistes règne et a maintenant imposé au monde entier ses modèles de consommation qui entrent en conflit avec les principes du naturisme, un mouvement anti-consumériste et électrisant par excellence. Cela se produit en raison d’un déficit de la culture naturiste, c’est-à-dire que nous ne savons pas ce que c’est. C’est pourquoi il est inutile de faire pression sur le Parlement avant que ce problème d’ignorance générale ne soit résolu, pour qu’il adopte une loi autorisant une plage ou un camp de naturistes (on parle de “naturisme”), c’est-à-dire une consommation supplémentaire de vacances. Cela confirmerait, parmi la population ignorante, le cliché récent selon lequel “naturiste” signifie seulement bronzage intégral, et c’est tout. Dans la réalité, surtout en Italie, il manque une culture générale du naturisme sous tous ses aspects. Notre ennemi n’est pas la respectabilité, mais l’ignorance. Plus personne n’étudie. Tout le monde copie les autres, surtout les Français, qui sont plus ignorants que nous. Or, ces choses-là, les différents Ghirardelli (voir ci-dessous, une de ses lettres) et Gorischegg les connaissaient très bien et les ont partagées. Je ne veux donc pas mettre la croix sur les amis organisateurs, mais une conférence pour les membres, un beau site d’études culturelles ou un article avec les bons noms et les bons termes, et la véritable histoire du naturisme, dont le nudisme n’est qu’un aspect, beau et passionnant, mais un aspect seulement, pourrait le faire.

Au lieu des habituels articles de chemin de fer de fin de journée sur le tournoi de pétanque (boccia). Il faut de la pédagogie et de la didactique. En attendant, pourquoi ne pas retrouver, pour la clarté scientifique et l’honnêteté laïque, les beaux noms de “nudisme” et de “nudiste”, comme cela se fait déjà en Amérique et en Australie (au hasard, là où la dictature des Français n’arrive pas) ? J’ai déjà écrit dans le “Guide du nu” de 1980 : Pendant que nous sommes nus sur la plage, nous ne sommes pas des nudistes, mais seulement des nudistes.

Pas assez ? Pour être naturiste, il faut beaucoup plus, rassurez-vous, car je suis un expert en la matière. Et alors ? Avons-nous honte des mots, avons-nous besoin de “feuilles de vigne” lexicales parce que nous ne pouvons pas utiliser une source réelle, ou craignons-nous, qui sait, quelles représailles du lobby franco-allemand ?

Il reste cependant le fait scandaleux qu’un club privé, l’INF-FNI, dans lequel ne siègent à mon avis aucun scientifique ni historien, se permette dans ses statuts de définir ce qu’est le naturisme, doctrine bien plus vaste que celle qui se limite de façon ridicule à une petite pratique de vacances, sans le moindre approfondissement historique et culturel, avec une définition erronée mais commode à sa politique touristique, concept historique et scientifique ancien, large et noble.

 

OUBLIER AUSSI LE FKK (C’EST-À-DIRE LE NUDISME).

Tous les thèmes importants du naturisme (voir ci-dessus, la liste) sont oubliés, voire même combattus par la base (voir ci-dessous). Et en cela, toutes les associations se ressemblent : on en arrive à une homologation négative. Puisque toutes les associations dites “naturistes” du monde qui veulent avoir la carte internationale permettant l’accès aux plages ou aux campings doivent s’enregistrer auprès des fédérations nationales (elles-mêmes enregistrées auprès de l’INF-FNI). Ils savent donc bien ce qui est écrit dans les statuts sur le “naturisme”, qui est la seule politique de vacances et de camping de la fédération. Style de vie, zéro. Alimentation, hygiène et santé, zéro. Protection de l’environnement, zéro. Aujourd’hui, on voit aussi des nudistes qui fument et des nudistes qui boivent de l’alcool.

Mais au moins, ils étaient nudistes !

La nudité est aujourd’hui une option plus tolérée que pratiquée, surtout par les jeunes. Déjà dans la “fabuleuse” Villata (Corse) des années 80, ce que tout le monde regrette aujourd’hui. C’était peut-être un paradis terrestre, mais mon ami Philippe Cardin, alors président de la Fédération française de naturisme (FFN), se plaignait auprès de moi qu’Adam et Eve étaient de plus en plus habillés, dès 1981.

J’aurais aimé lui répondre : eh, vous voyez ce qui se passe quand vous dites que le naturisme, c’est le nudisme, et que vous laissez entrer tous ceux qui veulent se baigner pour gagner de l’argent, sans avoir expliqué au préalable, c’est-à-dire bien expliqué dans des conférences et des festivals, peut-être avec une “campagne” d’information dans les médias de masse et dans les écoles, ce qu’est le naturisme, sous toutes ses formes ? En paroles, il était d’accord avec moi, au point d’écrire à propos de mon “Guide de l’acte” sur “Naturisme Informations”, n° 28 : “Il n’existe pas en Europe d’ouvrages qui analysent de façon aussi complète le nudisme”.

Mais dans la pratique, il n’a pas non plus pu se détacher de la mentalité dominante des vacances, basée sur la gestion des plages, des centres touristiques et des campings. Le fait est que maintenant le business international du faux “naturisme” n’est pas seulement en opposition ouverte avec le naturisme, mais aussi avec le nudisme, c’est-à-dire avec la glorieuse tradition du naturisme (culture physique libre) enseignée par Paul Zimmermann, qui a ouvert le premier club naturiste, le “Freilichtpark”, en Allemagne (Hambourg) en 1903. et Richard Ungewitter (auteur de livres tels que Nacktheit (1906), Nackt (1908), etc.), qui a soutenu que la combinaison de l’exercice et du bien-être physique (d’où vient la forme physique actuelle), la lumière du soleil, les bains d’air frais et la pratique du naturisme contribuent à améliorer considérablement l’équilibre physique, psychique et moral de l’homme.

 

MAIS POURQUOI NE SE DISENT-ILS PAS NUDISTES ?

Question naïve. Invités à plusieurs reprises, ils ont toujours fermement décliné l’invitation. Parce que ? une véritable excuse qui vous laisse pantois est que le “nudisme” (en France) serait vulgaire. Signe qu’ils ont accepté de devenir vulgaires parce qu’ils ne sont plus nudistes : Ils ont honte.

Une autre excuse inventée est qu’ils “ne sont pas de simples nudistes”.

Mensonge éhonté, car personne ne peut comprendre une motivation idéale en regardant un corps nu allongé au soleil. C’est juste une nudiste. Mais, comme nous l’avons déjà mentionné, de nombreux touristes sont désormais nus ou ne sont que des textiles normaux.

(Il suffit de regarder les équipes sportives de basket-ball, de volley-ball, parfois même de course à pied et de bowling, organisées par des clubs ou des fédérations nationales : toutes habillées). Seule la natation résiste à la nudité. Comme toujours, la vérité se trouve dans la psychologie. C’est que, selon eux, le terme correct de “nudiste” ne plaît pas aux politiques (pour des lois favorables), aux gestionnaires locaux (pour des concessions) et aux masses de touristes sur lesquelles ils comptent pour se refaire une santé économique et demander des financements aux États.

C’est ainsi que le “naturisme” est né en lieu et place du “nudisme”. Mais à long terme, c’est une astuce vaine, car l’autoproclamé “naturisme-nudisme”, ambigu, sans idéaux ni valeurs claires et compréhensibles (où est la nature dans une immensité de bungalows, de parasols et de tentes ?) Il traverse une crise très grave et de plus en plus importante et est désormais composé presque exclusivement de personnes âgées. C’est le signe que le mensonge ne paie pas.

 

LE VOL DU “NATURISME” N’EST PAS PAYANT.

Une situation de détournement inutile et contre-productif, de véritable vol du nom, qui rappelle, du moins en Italie, deux phénomènes actuels : les conservateurs qui ont honte de leur nom et s’appellent “libéraux”, et les clercs qui s’appellent “sécularistes”.

et inventer une différence sémantique avec les opposants laïques. Eh, comme tu triches souvent avec les mots. Mais de toute façon, les gens ne sont pas dupes.

 

SIMPLES NUDISTES : ILS N’AIMENT RIEN DANS LE NUDISME.

Le fait est que ce n’est pas seulement la faute des bureaucrates, mais aussi de la base “nudiste” falsifiée. La grande majorité, voire la quasi-totalité des nudistes, surtout des Italiens, dont beaucoup de mes amis personnels, ne veulent même pas entendre parler des principaux thèmes du naturisme : alimentation naturelle, médecine naturelle, écologie, etc. “Je ne m’intéresse pas à l’alimentation saine, à la nature ou aux animaux – avoue un cher ami – je m’intéresse au nudisme, à l’accusation transfrontalière …”

Et beaucoup pensent ainsi. Et aucun des guides ne les corrige. Mais attention, l’exhibitionnisme nu est aussi “transgressif”, mais il est à la fois en dehors du naturisme et du nudisme.

Pourtant, tous les thèmes qui y sont liés étaient bienveillants pour les nudistes de la vieille école, pas seulement pour Ungewitter et Zimmerman déjà mentionnés, mais aussi pour Ernesto Gorischegg, un Européen central, Autrichien transplanté à Trieste et témoin depuis sa jeunesse de tous les développements du nudo-naturisme germanique, qui est européen.

Lui aussi était un homme simple et sympathique, comme tous les vrais naturistes, et d’une grande longévité. Ce fut un honneur pour moi d’entretenir une correspondance avec lui. En 1980, alors que j’écrivais le Guide du Nu, il m’a envoyé les articles qu’il avait écrits dans les lointaines années 20 et 30 sur le pain noir, l’alimentation saine et la “nourriture crue”. Souvenez-vous seulement que Gorischegg n’était pas un médecin naturiste, ni un homme de culture, mais un nudiste ordinaire. Pourtant, il ne faisait pas seulement la promotion de la beauté de la nudité dans des magazines, mais aussi du pain complet, de l’alimentation naturelle et des aliments crus, depuis 1920 environ ! Un signe qu’à cette époque, même les simples nudistes partageaient et préservaient encore une grande partie de l’hygiène originelle du naturisme. Quelle différence avec les nudistes banals et ignorants d’aujourd’hui, à qui l’on a volé toute la culture du naturisme : alimentation saine, médecine naturelle et écologie, ses trois brins fondamentaux. En contrepartie, ils se contentent de villages de vacances surpeuplés.

Peut-on être plus bête ?

 

CE PARADOXE RIDICULE ET HONTEUX.

Il est donc vraiment grave, en effet scandaleux, qu’un mot aussi magnifique et chargé de sens que naturisme soit aujourd’hui utilisé comme “feuille de vigne” par ceux qui non seulement sont nudistes et ont perdu la mémoire historique et le lien avec le naturisme, mais qui en plus ont honte du nudisme lui-même, au point de censurer le terme.

Un véritable détournement qui a irrémédiablement endommagé le terme de naturisme. Avec la terrible conséquence qu’aujourd’hui, en Italie, à l’exception de moi et peut-être de 2-3 autres personnes (y compris mon ami Carlo Consiglio d’Uni-Lazio et Lac, qui n’a pas été créé par hasard dans ma ligue naturiste dans les années 70), il existe le paradoxe ridicule, honteux et paradoxal selon lequel aucun nudiste n’est naturiste et aucun naturiste n’est nudiste. C’est pourquoi j’ai sélectionné dans les images ci-dessus quelques témoignages de l’utilisation correcte du terme. Les noms dans la culture se cachent, voire sont tout.

Enfin, dans la file d’attente, la définition du plus grand organisateur nudiste de l’Italie contemporaine, le regretté Ing. Ghirardelli, fondateur d’Anita, un autre de mes chers amis :

LE NATURISME EST DIFFÉRENT DU NUDISME.

AUSSI POUR GHIRARDELLI.

“Je voudrais écarter la possibilité de malentendus – c’est ce qu’a écrit mon ami “Ghira” dans une lettre – et préciser que les deux termes naturisme et nudisme ne sont pas synonymes, même s’il y a des naturistes qui disent “naturiste” au lieu de “nudiste” pour une forme de modestie polie, voire opportuniste (pas naturiste du tout), ce qui me semble contre-productif pour placer correctement le naturisme comme mouvement social.

Le naturisme est une philosophie de vie, une manière de penser et de vivre qui correspond essentiellement à la confrontation avec la civilisation bourgeoise et consumériste actuelle ; orientation qui caractérise chaque jour l’individu naturiste dans toutes ses attitudes et besoins de la vie réelle, habillé en citoyen, et pas seulement en été, à la mer ou là où il préfère pratiquer le naturisme.

Naturisme que les organisations naturistes italiennes les plus avancées (y compris Anita) pratiquent non seulement avec l’aide des membres pour leurs loisirs, mais aussi pour défendre la communauté avec des actions concurrentes en faveur d’une civilisation alternative, écologique, avec d’autres aliments, d’autres médicaments, une autre agriculture, un soutien à la protection de l’environnement, la défense de la dignité humaine (droits civils) et l’humanisation de la vie en commun. Ainsi, le camping alternatif.

D’autre part, en tant que pratique favorite des naturistes, lorsqu’ils se trouvent dans un environnement naturel et favorable, le naturisme est une pratique parmi d’autres, certainement la plus voyante, mais pas la plus importante. Le naturisme, qui doit également être considéré comme une attitude alternative à la traditionnelle, c’est-à-dire une meilleure façon de se reposer en plein air, voire de camper dans la promiscuité de sexe, d’âge et de condition sociale (…), est également une pratique agréable, relaxante, détoxifiante physiquement et psychologiquement”.

(Giuseppe Ghirardelli, lettera privata, 13 avril 1978, in : Info Naturista, juillet-septembre 2000)